Signes et symptômes

dessin au crayon d'une femme assise

Les signes et symptômes de la fièvre de Lassa apparaissent généralement 1 à 3 semaines après que le patient a été en contact avec le virus. Pour la majorité des infections par le virus de la fièvre de Lassa (environ 80 %), les symptômes sont légers et ne sont pas diagnostiqués. Les symptômes légers comprennent une légère fièvre, un malaise et une faiblesse générale, ainsi que des maux de tête. Chez 20 % des personnes infectées, cependant, la maladie peut évoluer vers des symptômes plus graves, notamment des hémorragies (dans les gencives, les yeux ou le nez, par exemple), une détresse respiratoire, des vomissements répétés, un gonflement du visage, des douleurs dans la poitrine, le dos et l’abdomen, et un choc. Des problèmes neurologiques ont également été décrits, notamment une perte d’audition, des tremblements et une encéphalite. Le décès peut survenir dans les deux semaines suivant l’apparition des symptômes en raison d’une défaillance multi-organique.

La complication la plus fréquente de la fièvre de Lassa est la surdité. Divers degrés de surdité se produisent dans environ un tiers des infections et, dans de nombreux cas, la perte auditive est permanente. Pour autant que l’on sache, la gravité de la maladie n’affecte pas cette complication : la surdité peut se développer aussi bien dans les cas bénins que dans les cas graves.

Environ 15 % à 20 % des patients hospitalisés pour une fièvre de Lassa meurent de la maladie. Cependant, seulement 1% de toutes les infections par le virus Lassa entraînent le décès. Les taux de décès des femmes au troisième trimestre de la grossesse sont particulièrement élevés. L’avortement spontané est une complication grave de l’infection, avec une mortalité estimée à 95 % chez les fœtus de mères enceintes infectées.

Parce que les symptômes de la fièvre de Lassa sont si variés et non spécifiques, le diagnostic clinique est souvent difficile. La fièvre de Lassa est également associée à des épidémies occasionnelles, au cours desquelles le taux de létalité peut atteindre 50 % chez les patients hospitalisés.

.