Quelles exigences de confidentialité existent entre les conseillers et les patients ou les clients ?

Lorsqu’un patient ou un client commence à voir un conseiller, il a besoin d’aide pour faire face à des problèmes ou des changements de vie ou à un problème de santé mentale et peut déjà se sentir assez vulnérable sans exprimer des sentiments potentiellement embarrassants à un étranger. Il est essentiel que les patients sentent qu’ils peuvent faire confiance à leurs conseillers pour garder les secrets qui leur sont confiés pendant les séances, ce qui explique l’existence des exigences de confidentialité.

L’importance de la confidentialité

Les patients qui traversent des changements de vie stressants, des expériences traumatisantes ou les montagnes russes émotionnelles des symptômes des maladies mentales peuvent être particulièrement réticents à partager leurs sentiments les plus privés avec un étranger, à moins qu’ils ne sachent que leurs secrets sont en sécurité. C’est pourquoi la confidentialité est si importante pour rendre le conseil efficace. Un patient qui ne fait pas confiance au conseiller a peu de chances d’être honnête sur ses sentiments et ses problèmes, et il risque donc de ne jamais recevoir l’aide nécessaire pour faire face à ces problèmes. Un tel patient peut être réticent à essayer réellement les stratégies d’adaptation ou les traitements qui lui sont recommandés. En fin de compte, sans la confiance, il n’y a guère d’intérêt à tenter le conseil.

Maintenir la confidentialité et savoir quand la rompre est une responsabilité importante pour les conseillers de tous types, bien que différents types de conseillers puissent rencontrer différents défis. Par exemple, les conseillers conjugaux peuvent rencontrer des couples qui gardent des secrets l’un pour l’autre. Les conseillers en toxicomanie peuvent être mis au courant de cas antérieurs de consommation de drogues. Les conseillers qui animent des séances de thérapie de groupe doivent expliquer les règles de confidentialité à tous les membres du groupe. Selon le Zur Institute, la confidentialité est une partie importante des codes éthiques des principales organisations professionnelles de conseil. Les conseillers doivent passer en revue les politiques de confidentialité avec les patients, y compris les restrictions à la confidentialité, au début du conseil.

Publicité BestCounselingDegrees.net est un site soutenu par la publicité. Les programmes de partenaires en vedette ou de confiance et tous les résultats de recherche d’école, de trouveur ou de correspondance concernent les écoles qui nous rémunèrent. Cette compensation n’influence pas nos classements d’écoles, nos guides de ressources ou toute autre information indépendante de la rédaction publiée sur ce site.

Programmes en ligne vedettes

Vous cherchez où postuler ? Ces meilleures écoles accréditées offrent une variété de diplômes en ligne. Envisagez l’un de ces programmes accrédités et découvrez leur valeur dès aujourd’hui.

Quand les conseillers doivent rompre la confidentialité

Malheureusement, il existe certaines situations dans lesquelles un conseiller ne sera pas en mesure de garder confidentiels les détails partagés lors des séances de conseil. Par exemple, un patient peut discuter de ses sentiments de dépression ou de ses problèmes de gestion de la colère avec un conseiller et s’attendre à ce que ces expressions restent confidentielles. Toutefois, si le patient dépressif révèle des plans de suicide ou si le patient qui a des problèmes de maîtrise de la colère menace de faire du mal à une autre personne, le conseiller a la responsabilité légale de rompre la confidentialité et d’alerter les autorités médicales ou juridiques appropriées afin d’empêcher les patients de devenir des dangers pour eux-mêmes ou pour les autres. Il en va de même pour les patients qui sont témoins de maltraitance d’enfants ou de personnes âgées. Les conseillers peuvent également être tenus de soumettre des dossiers aux autorités dans le cas où les forces de l’ordre les demandent.

En ce qui concerne la confidentialité, les conseillers ont des responsabilités complexes envers leurs patients. D’une part, ils doivent respecter les patients et garder leurs communications confidentielles lorsque cela est possible. D’autre part, ils doivent faire le choix de rompre la confidentialité lorsqu’ils sont confrontés à une situation dans laquelle les autorités légales sont impliquées, ou si le patient semble être une menace pour lui-même ou pour les autres. Bien que compliquées, ces exigences apparemment incongrues sont essentielles pour le bien du patient et de son entourage.

Ressources :

  • Les 50 programmes accrédités de thérapie conjugale et familiale les plus abordables
  • Les meilleurs masters en affaires étudiantes et en conseil collégial
  • Les 40 meilleurs programmes accrédités de master en conseil en réadaptation
  • Les 25 diplômes supérieurs les plus abordables en soins pastoraux et en conseil
  • Les 30 diplômes les plus accessibles COAMFTE-.Accredited Marriage and Family Therapy Master’s Degrees

.