Principes de la psychologie sociale – 1ère édition internationale

  1. Catégorisation sociale et stéréotypes
    • Décrire le processus fondamental de la catégorisation sociale et son influence sur les pensées, les sentiments et le comportement.
    • Définir les stéréotypes et décrire les façons dont ils sont mesurés.
    • Revoir les façons dont les stéréotypes influencent notre comportement.
  2. Favoritisme de groupe interne et préjugés
    • Examiner les causes et les résultats du favoritisme de groupe interne.
    • Sommer les résultats des recherches d’Henri Tajfel sur les groupes minimaux.
    • Souligner les variables de personnalité et de culture qui influencent le favoritisme de groupe interne.
  3. Réduire la discrimination

  • Examiner les causes de la discrimination et les façons dont nous pouvons la réduire.
  • Sommer les conditions dans lesquelles le contact intergroupe réduit ou non les préjugés et la discrimination.

Homophobie sanctionnée par l’État

Des militants LGBT sont agressés lors d
Figure 11.1 Des militants LGBT sont attaqués lors d’une action « Day of Kisses » contre un projet de loi homophobe à Moscou. Crédit photo : Roma Yandolin https://www.flickr.com/photos/madw/9015242012/

Ces dernières années, le gouvernement russe a promulgué une série de lois destinées à cibler les membres de sa communauté LGBT (lesbiennes-gays-bisexuels-transgenres). Il s’agit notamment d’obliger les organisations LGBT à s’enregistrer en tant qu' »agents étrangers », d’interdire les représentations de l’homosexualité (y compris le port de drapeaux arc-en-ciel) devant les jeunes, et de refuser l’autorisation aux groupes LGBT qui veulent organiser des défilés de gay pride.

Malheureusement, les attitudes homophobes et même la violence ne sont pas rares dans la société russe. Par exemple, des groupes comme Occupy Gerontilyaj sont connus pour attirer puis battre et torturer des adolescents gays. En 2012, une vidéo qui a fait surface en ligne montrait six membres d’une autre organisation d’extrême droite torturant un jeune homme qui est ensuite décédé, selon l’Alliance des droits de l’homme Spectrum (un groupe qui défendait les droits des LGBT en Europe de l’Est).

Le ton de certains médias russes reflète ces attitudes. Par exemple, la communauté LGBT est dépeinte comme une « minorité agressive » dont les enfants ont des maladies vénériennes et, en 2012, un présentateur de nouvelles bien connu a recommandé à l’antenne que les cœurs des victimes d’accidents de voiture qui se trouvent être homosexuelles « devraient être enterrés ou brûlés car inaptes à prolonger la vie de quiconque. »

Ces dernières années, plusieurs commentateurs ont établi des parallèles entre la persécution par la Russie de sa communauté LGBT et le traitement de la communauté juive par le régime nazi dans les années qui ont précédé l’Holocauste.

En 2014, des personnalités publiques du monde entier ont appelé au boycott (sans succès) des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, arguant que le langage de la Charte olympique dénonce explicitement toutes les formes de discrimination. En fin de compte, les Jeux olympiques d’hiver se sont déroulés comme prévu, bien que les athlètes et les touristes olympiques aient été mis en garde contre la promotion de « relations sexuelles non traditionnelles ».

Sources : http://www.bbc.com/news/world-europe-25778272

http://www.thedailybeast.com/articles/2014/06/09/homophobia-in-russia-is-taking-a-kafkaesque-turn.html

http://www.thedailybeast.com/articles/2013/08/09/russia-the-next-third-reich.html

L’augmentation contemporaine de la mondialisation et de l’immigration entraîne une plus grande diversité culturelle des populations dans de nombreux pays. Ces changements vont créer de nombreux avantages pour la société et pour les individus qui la composent. La diversité des genres, des cultures, des orientations sexuelles et des ethnies peut améliorer la créativité et la performance des groupes, faciliter de nouvelles façons d’aborder les problèmes et permettre des points de vue multiples sur les décisions (Cunningham, 2011 ; Mannix & Neale, 2005 ; van Knippenberg & Schippers, 2007). D’autre part, comme nous l’avons vu à de nombreux endroits dans cet ouvrage, la similarité perçue est un déterminant extrêmement important du goût. Les membres de groupes culturellement diversifiés peuvent être moins attirés les uns par les autres que les membres de groupes plus homogènes, peuvent avoir plus de difficultés à communiquer les uns avec les autres et, dans certains cas, peuvent se détester activement et même adopter un comportement agressif les uns envers les autres.

Les principes de la psychologie sociale, notamment l’ABC – effet, comportement et cognition – s’appliquent à l’étude des stéréotypes, des préjugés et de la discrimination, et les psychologues sociaux ont déployé d’importants efforts de recherche pour étudier ces concepts (figure 11.2). La composante cognitive de nos perceptions des membres d’un groupe est le stéréotype – les croyances positives ou négatives que nous entretenons sur les caractéristiques d’un groupe social. Nous pouvons décider que « les Français sont romantiques », que « les personnes âgées sont incompétentes » ou que « les professeurs d’université sont distraits ». Et nous pouvons utiliser ces croyances pour guider nos actions envers les personnes appartenant à ces groupes. En plus de nos stéréotypes, nous pouvons également développer des préjugés, c’est-à-dire une attitude négative injustifiable à l’égard d’un groupe extérieur ou de ses membres. Les préjugés peuvent prendre la forme d’une aversion, d’une colère, d’une peur, d’un dégoût, d’un malaise et même d’une haine – le genre d’états affectifs qui peuvent conduire à des comportements tels que le « gay bashing » que vous venez de lire. Nos stéréotypes et nos préjugés sont problématiques car ils peuvent créer de la discrimination – des comportements négatifs injustifiés à l’égard des membres de groupes extérieurs en fonction de leur appartenance à un groupe.

Bien que la violence à l’égard des membres de groupes extérieurs soit heureusement rare, les stéréotypes, les préjugés et la discrimination influencent néanmoins la vie des gens de diverses manières. Les stéréotypes influencent nos résultats scolaires (Shapiro & Neuberg, 2007), les carrières que nous choisissons de suivre (Zhang, Schmader, & Forbes, 2009), nos expériences au travail (Fiske & Lee, 2008), et le montant que nous sommes payés pour le travail que nous faisons (Jackson, 2011 ; Wood & Eagly, 2010).

Figure 11.2 Les relations entre groupes sociaux sont influencées par les ABC de la psychologie sociale.
Figure 11.2 Les relations entre groupes sociaux sont influencées par les ABC de la psychologie sociale.

Les stéréotypes et les préjugés ont une influence omniprésente et souvent pernicieuse sur nos réponses aux autres, et aussi dans certains cas sur nos propres comportements. Pour prendre un exemple, la recherche en psychologie sociale a révélé que nos stéréotypes peuvent, dans certains cas, entraîner des baisses de performance liées à la menace des stéréotypes, causées par la connaissance des stéréotypes culturels. Spencer, Steele et Quinn (1999) ont constaté que lorsque l’on rappelait aux femmes le stéréotype (faux) selon lequel « les femmes sont mauvaises en mathématiques », elles obtenaient de moins bons résultats aux tests de mathématiques que lorsqu’on ne leur rappelait pas le stéréotype. Nous examinerons le rôle de la menace du stéréotype plus en détail plus loin dans ce chapitre.

Dans une ligne de recherche particulièrement troublante sur l’influence des préjugés sur les comportements, Joshua Correll et ses collègues ont fait participer des participants blancs à une expérience dans laquelle ils regardaient des photographies de personnes blanches et noires sur un écran d’ordinateur. Au cours de l’expérience, les photos montraient des personnes tenant soit une arme à feu, soit un objet inoffensif tel qu’un téléphone portable. Les participants devaient décider le plus rapidement possible d’appuyer sur un bouton pour « tirer » si la cible tenait une arme et pour « ne pas tirer » si la personne ne tenait pas d’arme. Dans l’ensemble, les participants blancs avaient tendance à tirer plus souvent lorsque la personne qui tenait l’objet était noire que lorsque la personne qui tenait l’objet était blanche, et ce même en l’absence d’arme (Correll, Park, Judd, & Wittenbrink, 2007 ; Correll et al., 2007).

La discrimination est un problème sociétal majeur parce qu’elle est si omniprésente, prend tant de formes et a tant d’effets négatifs sur tant de personnes. Même les personnes qui sont payées pour être impartiales peuvent faire de la discrimination. Price et Wolfers (2007) ont constaté que, dans les matchs de la National Basketball Association, les joueurs blancs recevaient moins de fautes lorsqu’un plus grand nombre d’arbitres présents dans le match étaient blancs, et que les joueurs noirs recevaient moins de fautes lorsqu’un plus grand nombre d’arbitres présents dans le match étaient noirs. L’implication est que – qu’ils le sachent ou non – les arbitres faisaient de la discrimination sur la base de la race.

Vous avez peut-être vécu des expériences où vous vous êtes surpris à répondre à une autre personne sur la base d’un stéréotype ou d’un préjugé, et peut-être que le fait que vous l’ayez fait vous a surpris. Peut-être avez-vous alors essayé de dépasser ces croyances et de réagir à la personne davantage sur la base de ses caractéristiques individuelles. Nous aimons certaines personnes et en détestons d’autres – c’est naturel – mais nous ne devrions pas laisser la couleur de peau, le sexe, l’âge, la religion, l’orientation sexuelle ou l’origine ethnique d’une personne prendre ces décisions à notre place. Et pourtant, malgré nos meilleures intentions, nous pouvons finir par nous lier d’amitié uniquement avec des personnes qui nous ressemblent et peut-être même éviter les personnes que nous considérons comme différentes.

Dans ce chapitre, nous étudierons les processus par lesquels nous développons, maintenons et utilisons nos stéréotypes et nos préjugés. Nous examinerons les conséquences négatives de ces croyances sur les cibles de nos perceptions, et nous envisagerons les moyens qui pourraient nous permettre de modifier ces croyances, ou du moins nous aider à cesser d’agir en fonction de celles-ci. Commençons par examiner le côté cognitif de nos croyances de groupe – en nous concentrant principalement sur les stéréotypes – avant d’aborder le rôle important des sentiments dans les préjugés.

stéréotype
Figure 11.3 Avez-vous des stéréotypes sur l’une de ces personnes ? Source : Femmes avec bébé par Francesco Veronesi (https://www.flickr.com/photos/francesco_veronesi/3387295024) utilisé sous CC BY NC SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/) ; Body Art (http://en.wikipedia.org/wiki/File:Body_art.jpg) utilisé sous CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.en) ; Ash student studying by Mosborne (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ashs-students-studying.jpg) utilisé sous CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en) ; Chaise roulante par Christine Gleason (https://www.flickr.com/photos/cmgxvolley/5756114047) utilisé sous CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/);

Correll, J., Park, B., Judd, C. M., & Wittenbrink, B. (2007). L’influence des stéréotypes sur les décisions de tirer. European Journal of Social Psychology, 37(6), 1102-1117.

Correll, J., Park, B., Judd, C. M., Wittenbrink, B., Sadler, M. S., & Keesee, T. (2007). Across the thin blue line : Les agents de police et les préjugés raciaux dans la décision de tirer. Journal of Personality and Social Psychology, 92(6), 1006-1023.

Cunningham, G. B. (2011). L’avantage LGBT : Examen de la relation entre la diversité de l’orientation sexuelle, la stratégie de diversité et la performance. Sport Management Review, 14(4), 453-461.

Fiske, S. T., & Lee, T. L. (2008). Les stéréotypes et les préjugés créent la discrimination au travail. Dans A. P. Brief (Ed.), Diversity at work (pp. 13-52).Jackson, L. M. (2011). The psychology of prejudice : Des attitudes à l’action sociale. Washington, DC : American Psychological Association.

Jackson, L. M. (2011). La psychologie des préjugés : Des attitudes à l’action sociale. Washington, DC : American Psychological Association

Mannix, E., & Neale, M. A. (2005). Quelles différences font la différence ? La promesse et la réalité des équipes diverses dans les organisations. Psychological Science in the Public Interest, 6(2), 31-55.

Price, J., & Wolfers, J. (2007). La discrimination raciale parmi les arbitres de la NBA. Document de travail NBER #13206. Cambridge, MA : National Bureau of Economic Research.

Shapiro, J. R., & Neuberg, S. L. (2007). De la menace du stéréotype aux menaces du stéréotype : Implications of a multi-threat framework for causes, moderators, mediators, consequences, and interventions. Personality and Social Psychology Review, 11(2), 107-130. doi : 10.1177/1088868306294790.

Spencer, S. J., Steele, C. M., & Quinn, D. M. (1999). La menace du stéréotype et les performances des femmes en mathématiques. Journal of Experimental Social Psychology, 35, 4-28.

van Knippenberg, D., & Schippers, M. C. (2007). La diversité des groupes de travail. Annual Review of Psychology, 58(1), 515-541.

Wood, W., & Eagly, A. H. (2010). Gender. In S. T. Fiske, D. T. Gilbert, & G. Lindzey (Eds.), Handbook of social psychology (5th ed., Vol. 1, pp. 629-667). Hoboken, NJ : John Wiley & Sons.

Zhang, S., Schmader, T., & Forbes, C. (2009). Les effets des stéréotypes de genre sur le choix de carrière des femmes : Ouvrir la porte de verre. Dans M. Barreto, M. K. Ryan, & M. T. Schmitt (Eds.), The glass ceiling in the 21st century : Comprendre les obstacles à l’égalité entre les sexes (pp. 125-150).

.