L’horreur d’Amityville (film de 1979)

Au petit matin du 13 novembre 1974, Ronald DeFeo Jr assassine toute sa famille avec un fusil de chasse dans leur maison d’Amityville, dans l’État de New York.

Un an plus tard, George et Kathy Lutz, un jeune couple marié, emménagent dans la propriété. George ne semble pas être fort en foi, mais Kathy est catholique de nom au moins. Elle a trois enfants de son précédent mariage : Greg, Matt, et Amy. Le couple se tourne vers le père Delaney pour qu’il bénisse rapidement la maison, mais ce dernier rencontre des problèmes en essayant de bénir la maison, notamment une pièce remplie de mouches, hors saison, de violents maux d’estomac et, plus tard, des cloques sur sa paume en essayant de passer un appel téléphonique à Kathy chez elle. L’expérience finit par s’arrêter lorsqu’une porte s’ouvre, puis une voix murmure « sortez ». Il se précipite hors de la maison lorsque la voix lui crie dessus, et il décide de continuer à aider la famille Lutz. Delaney est ensuite impliqué dans un accident de voiture résultant de mystérieux dysfonctionnements, et il devient frustré par le manque de soutien de ses supérieurs dans le diocèse. Il semble finalement perdre la foi, devenant aveugle et faisant une dépression.

La tante de Kathy, une religieuse, passe à la maison un après-midi, mais tombe violemment malade. George commence à être plus maussade et en colère à cause du froid perçu dans la maison, et est obsédé par le fait de fendre des bûches et de garder la cheminée allumée. Un soir, avant la fête de fiançailles du frère de Kathy, 1 500 $ devant servir au traiteur disparaissent inexplicablement dans la maison. Pendant ce temps, la baby-sitter qui garde Amy pour la soirée est enfermée dans un placard de la chambre par une force invisible. D’autres incidents inexpliqués se produisent : l’un des deux garçons souffre d’une main écrasée lorsqu’une fenêtre à guillotine lui tombe dessus, et Amy a un ami imaginaire, Jody, qui semble être de nature malveillante. Kathy aperçoit deux yeux rouges, semblables à ceux d’un porc, derrière la fenêtre de la chambre de sa fille, au deuxième étage. Même le chien de la famille, Harry, gratte de façon obsessionnelle (ce qui fait saigner ses pattes) un mur de briques au sous-sol.

L’entreprise d’arpentage de George commence à souffrir de son manque d’assiduité, et son partenaire commercial, Jeff, s’inquiète. La femme de Jeff, Carolyn, très sensible au paranormal, est à la fois repoussée et intriguée par les choses qu’elle ressent lorsqu’elle se trouve dans la maison. Alors qu’elle se trouve dans le sous-sol de la maison, Carolyn commence à démolir un mur avec un marteau, révélant une petite pièce derrière le mur. Découvrant les dégâts, George démolit le reste du mur, observant une petite pièce aux murs rouges. Carolyn, terrorisée, hurle qu’ils ont trouvé « le passage… vers l’enfer ! » – seulement sa voix ressemble maintenant à celle du père Delaney.

Pendant ces étranges incidents, Kathy observe le réveil persistant de George à 3h15 du matin, sentant qu’il doit aller vérifier le hangar à bateaux. Elle fait également des cauchemars, dans lesquels elle reçoit des détails sur les meurtres de la famille précédente de la maison. Les recherches effectuées à la bibliothèque et au bureau des archives du comté suggèrent que la maison est construite sur un cimetière Shinnecock et qu’un adorateur de Satan connu sous le nom de John Ketchum a déjà vécu sur le terrain. Elle découvre également les coupures de presse sur les meurtres de DeFeo et remarque la ressemblance frappante de Ronald DeFeo avec George.

Enfin, les événements paranormaux culminent une nuit d’orage. Du sang suinte des murs et descend dans l’escalier ; Jody, apparaissant comme un gros cochon aux yeux rouges, est vu à travers une fenêtre ; et George tente de tuer les enfants avec une hache, mais reprend ses esprits après que Kathy l’ait perturbé. Après être tombé dans une fosse de boue noire en sauvant Harry, George et le reste de la famille partent en voiture, abandonnant leur maison et leurs biens. Un intertitre final indique : « George et Kathleen Lutz et leur famille n’ont jamais récupéré leur maison ni leurs biens personnels. Ils vivent aujourd’hui dans un autre État. »