Jessica Alba

1992-1999 : les débuts

Alba en 2007

Alba exprime un intérêt pour la comédie dès l’âge de cinq ans. En 1992, la jeune Alba, âgée de 11 ans, persuade sa mère de l’emmener à un concours d’art dramatique à Beverly Hills, dont le grand prix était des cours de théâtre gratuits. Alba a remporté le grand prix et a pris ses premières leçons de théâtre. Un agent a signé un contrat avec Alba neuf mois plus tard. Sa première apparition au cinéma fut un petit rôle dans le long métrage Camp Nowhere de 1994, où elle jouait le rôle de Gail. Elle a initialement été engagée pour deux semaines, mais son rôle s’est transformé en un travail de deux mois lorsqu’une des actrices principales a abandonné.

Alba est apparue dans deux publicités télévisées nationales pour Nintendo et J. C. Penney lorsqu’elle était enfant. Elle a ensuite joué dans plusieurs films indépendants. Elle a bifurqué vers la télévision en 1994 avec un rôle récurrent de la vaine Jessica dans trois épisodes de la série comique de Nickelodeon Le monde secret d’Alex Mack. Elle a ensuite interprété le rôle de Maya dans les deux premières saisons de la série télévisée Flipper. Sous la tutelle de sa mère maître-nageuse, Alba a appris à nager avant de savoir marcher, et elle était une plongeuse sous-marine certifiée PADI, des compétences qui ont été mises à profit dans la série, qui a été tournée en Australie.

En 1998, elle est apparue en tant que Melissa Hauer dans un épisode de la première saison de la série policière Brooklyn South de Steven Bochco, en tant que Leanne dans deux épisodes de Beverly Hills, 90210, et en tant que Layla dans un épisode de La croisière s’amuse : The Next Wave. En 1999, elle apparaît dans la comédie P.U.N.K.S. de Randy Quaid. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Alba a étudié le théâtre avec William H. Macy et sa femme, Felicity Huffman, à l’Atlantic Theater Company, qui a été créée par Macy et David Mamet, dramaturge et réalisateur lauréat du prix Pulitzer. Alba a connu une plus grande notoriété à Hollywood en 1999 après être apparue en tant que membre d’une clique de lycéens snobs tourmentant une rédactrice en chef peu sûre d’elle dans la comédie romantique Never Been Kissed, aux côtés de Drew Barrymore, et en tant que premier rôle féminin dans le film d’horreur comique peu vu Idle Hands, aux côtés de Devon Sawa.

2000-2006 : Une reconnaissance mondiale

Sa grande percée a lieu lorsque James Cameron choisit Alba parmi plus de mille candidats pour le rôle du super-soldat génétiquement modifié, Max Guevara, dans la série télévisée de science-fiction Dark Angel de la FOX. La série a duré deux saisons, jusqu’en 2002, et a valu à Alba la reconnaissance de la critique, une nomination au Golden Globe, le Teen Choice Award de la meilleure actrice et le Saturn Award de la meilleure actrice. Son rôle a été cité comme un personnage féministe et est considéré comme un symbole de l’émancipation féminine. Écrivant pour l’Université de Melbourne, Bronwen Auty a considéré que Max était « l’archétype de l’héroïne féministe moderne – une jeune femme habilitée à utiliser activement son corps pour atteindre ses objectifs », citant le refus de Max d’utiliser des armes à feu et l’utilisation des arts martiaux et des connaissances comme armes comme contribuant à ce statut. En 2004, Max a été classée à la 17e place dans la liste des « 25 plus grandes légendes de la science-fiction » de TV Guide. Son rôle dans Dark Angel lui a permis d’obtenir des rôles importants au cinéma. Elle a fait sa percée sur grand écran en 2003, lorsqu’elle a joué le rôle d’une aspirante danseuse et chorégraphe dans Honey. Le consensus critique de Rotten Tomatoes était : « Une Jessica Alba séduisante et des numéros de danse énergiques donnent un peu de relief à ce film cucul et stéréotypé ». Budgété à 18 millions de dollars américains, le film a néanmoins rapporté 62,2 millions de dollars américains.

Alba a ensuite joué le rôle de la danseuse exotique Nancy Callahan, au sein d’une longue distribution d’ensemble, dans le film d’anthologie criminelle néo-noir Sin City (2005), écrit, produit et réalisé par Robert Rodriguez et Frank Miller. Le film est basé sur le roman graphique éponyme de Miller. Elle n’avait pas entendu parler du roman avant de participer au film, mais était impatiente de travailler avec Rodriguez. Le film a été un succès critique et a rapporté 158,8 millions de dollars US. Elle a reçu un MTV Movie Award pour la performance la plus sexy.

Alba lors d’une projection pour The Eye (2008)

Alba a interprété le personnage de Marvel Comics, Invisible Woman, dans Fantastic Four (également en 2005), aux côtés de Ioan Gruffudd, Chris Evans, Michael Chiklis et Julian McMahon. The Guardian, dans sa critique du film, a noté : « Les féministes comme les non-féministes doivent absorber le paradoxe le plus troublant des Quatre Fantastiques : après avoir été admise dans l’histoire en raison de sa beauté, son superpouvoir est d’être invisible ». Le film a été un succès commercial malgré des critiques négatives, rapportant 333,5 millions de dollars dans le monde. Aux MTV Movie Awards 2006, elle a été nominée pour le meilleur héros et la meilleure équipe à l’écran. Son dernier film en 2005 était le thriller Into the Blue, dans lequel Alba incarnait, aux côtés de Paul Walker, la moitié d’un couple qui se retrouve en difficulté avec un baron de la drogue après avoir découvert la cargaison illicite d’un avion coulé. Le film a connu un succès modéré au box-office, avec des recettes mondiales de 44,4 millions de dollars. Elle a animé les MTV Movie Awards 2006 et a réalisé des sketches parodiant les films King Kong, Mission : Impossible III, et The Da Vinci Code.

2007-2010 : Comédies romantiques

Alba a repris son rôle dans Les Quatre Fantastiques : Rise of the Silver Surfer, sorti en juin 2007. Selon Alba, la mise en scène de Tim Story lors d’une scène émotionnelle a failli lui faire abandonner le métier d’actrice.  » ‘Ça a l’air trop réel. C’est trop douloureux. Tu peux être plus jolie quand tu pleures ? Pleure bien, Jessica. Il disait : ‘Ne fais pas ce truc avec ton visage. Fais-le plat. On peut faire des images de synthèse pour les larmes. » Selon Alba, cette expérience l’a fait douter d’elle-même : « Et puis tout cela m’a fait réfléchir : Ne suis-je pas assez bonne ? Mes instincts et mes émotions ne sont-ils pas assez bons ? Les gens les détestent-ils tellement qu’ils ne veulent pas que je sois une personne ? N’ai-je pas le droit d’être une personne dans mon travail ? Alors je me suis dit : « Et puis merde. Je n’en ai plus rien à faire de ce business ». Le film a rapporté 290 millions de dollars américains dans le monde.

Dans Good Luck Chuck (également 2007), Alba a incarné l’intérêt amoureux d’un dentiste coureur de jupons. Elle a posé pour l’une des affiches théâtrales de Good Luck Chuck, parodiant la célèbre couverture de Rolling Stone photographiée par Annie Leibovitz, qui mettait en scène John Lennon et Yoko Ono dans des poses similaires. Bien que le film ait été fortement critiqué par les critiques, il a rapporté près de 60 millions de dollars à sa sortie. Son troisième rôle principal en 2007 est le thriller psychologique Awake, dans lequel elle incarne la petite amie d’un homme milliardaire sur le point de subir une transplantation cardiaque. Les critiques ont été tièdes, mais Roger Ebert a salué sa performance, et le film, dont le budget s’élevait à environ 8 millions de dollars, a rapporté 32,7 millions de dollars. En 2007, elle a également fait une apparition non créditée dans la comédie Knocked Up, et a joué le rôle d’une maîtresse dans un segment du film d’anthologie indépendant The Ten. Elle a obtenu deux nominations aux Razzie Awards pour la pire actrice et le pire couple à l’écran, pour l’ensemble de ses premiers rôles en 2007.

En février 2008, elle a présenté les prix scientifiques et techniques de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Alba a fait sa transition d’actrice vers le genre de l’horreur dans le film The Eye, un remake de l’original de Hong Kong, dans lequel elle a obtenu le rôle d’une violoniste classique à succès qui reçoit une greffe d’œil qui lui permet de voir dans le monde surnaturel. Bien que le film n’ait pas été bien accueilli par les critiques, sa performance elle-même a reçu des critiques mitigées. Elle a reçu le prix Teen Choice de la meilleure actrice de film : Horror-Thriller et une nomination au Razzie Award de la pire actrice (partagée avec The Love Guru). En 2008, elle a également joué une vendeuse dans la comédie romantique indépendante Meet Bill, aux côtés de Logan Lerman et Elizabeth Banks, et a joué dans la comédie The Love Guru, dans le rôle d’une femme qui hérite de l’équipe de hockey des Toronto Maple Leafs, aux côtés de Mike Myers et Justin Timberlake. Mick LaSalle, du San Francisco Chronicle, notant qu’elle était « bien en vue » dans le film, a estimé qu’elle « semble enfin détendue devant la caméra ». The Love Guru a été un échec critique et commercial.

Alba en 2010

Alba n’a pas eu de sortie de film en 2009, mais cinq films très médiatisés sortis tout au long de l’année 2010 l’ont fait apparaître dans des rôles importants. Son premier rôle de l’année était celui d’une prostituée dans The Killer Inside Me, une adaptation du livre du même nom, aux côtés de Kate Hudson et Casey Affleck, dont la première a eu lieu au Festival du film de Sundance et qui a suscité des réactions polarisées de la part des critiques. Son film suivant fut la comédie romantique Valentine’s Day, dans laquelle elle jouait la petite amie d’un fleuriste au sein d’un long casting composé de Jessica Biel, Bradley Cooper, Taylor Lautner et Julia Roberts, entre autres. Malgré des critiques négatives, le film a été un succès commercial, avec une recette mondiale de 216,5 millions de dollars. Dans le film d’action Machete, Alba a retrouvé le réalisateur Robert Rodriguez, en jouant le rôle d’un agent d’immigration déchiré entre l’application de la loi et la volonté de faire ce qui est populaire aux yeux de sa famille. Machete a rapporté plus de 44 millions de dollars américains dans le monde.

Le drame An Invisible Sign of My Own, qu’Alba a tourné fin 2008, a été présenté en avant-première au Hamptons Film Festival. Elle y interprète le rôle d’une jeune femme douloureusement renfermée. Son dernier film en 2010 était la comédie Little Fockers, dans laquelle elle jouait une représentante extravertie de la drogue, retrouvant Robert De Niro, qui jouait également dans Machete. Malgré des critiques négatives, le film a rapporté plus de 310 millions de dollars dans le monde. Pour tous ses rôles de 2010, elle a reçu un Razzie Award de la pire actrice de soutien.

2011-présent : Action et productions médiatiques indépendantes

En 2011, Alba a travaillé pour la troisième fois avec Robert Rodriguez dans le film Spy Kids : Tout le temps du monde, interprétant une espionne à la retraite qui est rappelée à l’action. Pour créer des liens avec ses nouveaux beaux-enfants, elle les invite. Le film a pâli au box-office par rapport aux films précédents de la franchise, mais a tout de même connu un succès modéré, rapportant 85 millions de dollars dans le monde entier. Alba est ensuite apparue aux côtés d’Adam Scott, Richard Jenkins, Jane Lynch, Mary Elizabeth Winstead et Catherine O’Hara dans la comédie A.C.O.D. (2013), dans laquelle elle incarne ce que le Washington Post a décrit comme une « camarade de divorce », avec laquelle le personnage de Scott a « presque trompé » sa petite amie. Le critique de ScreenRant Ben Kendrick a écrit :  » et livrent également leurs contributions – bien que leurs deux personnages soient principalement conçus pour être des miroirs permettant à Carter d’examiner sa propre vie et ses choix.  » A.C.O.D. a bénéficié d’une sortie limitée en salles en Amérique du Nord. En 2013, Alba a également fait ses débuts de doubleuse dans le film d’animation Escape from Planet Earth, qui a connu un succès modéré.

Alba a travaillé à nouveau avec le réalisateur Rodriguez pour deux suites cinématographiques. Elle a repris son rôle d’agent d’immigration, dans une apparition camée non créditée, dans Machete Kills (2013), qui a fait un flop auprès des critiques et du public, et son rôle beaucoup plus important de strip-teaseuse Nancy Callahan, cherchant à venger son défunt protecteur, dans Sin City : A Dame to Kill For, qui est sorti en août 2014, en 2D et en 3D. Contrairement au premier film, A Dame to Kill For a été un échec commercial, rapportant 39 millions de dollars US par rapport à son budget de production de 65 millions de dollars US, et a reçu des avis mitigés de la part des critiques de cinéma. Variety a estimé qu’il s’agissait d’une « tentative tardive et molle de faire passer le personnage d’Alba d’une figure exploitée à une figure émancipée ». Elle a ensuite endossé les rôles d’une artiste de cabaret dans la comédie dramatique Dear Eleanor (2014), de la petite amie sportive d’un professeur d’anglais prospère et respecté dans la comédie romantique Some Kind of Beautiful (2014), d’une réceptionniste dans une société de limousines dans le thriller Stretch (également 2014), d’une trafiquante d’armes émotionnellement vulnérable dans la comédie policière Barely Lethal (2015), et celui d’une documentaliste dans le film d’horreur The Veil (2016) ; tous les films ont fait l’objet de sorties limitées en salles et en VOD.

Dans le film d’action Mechanic : Resurrection (2016), aux côtés de Jason Statham, Alba a joué la petite amie d’un tueur à gages à la retraite. Elle a fait du Krav Maga pour se mettre en forme pour le film, et a été attirée par la force dont faisait preuve son personnage, remarquant : « Je pense que dans ce genre de films, on n’a pas souvent l’occasion de voir la femme romantique principale botter des fesses. En général, c’est le garçon qui la sauve, et c’est donc bien que je sois arrivée à la table avec une certaine dureté et un vrai cœur ». Le film a rapporté 125,7 millions de dollars américains dans le monde entier.

Elle sera la vedette et la productrice exécutive d’une nouvelle série documentaire pour Disney+ intitulée « Parenting Without Borders » (titre provisoire), qui se concentrera sur les familles du monde entier, leurs croyances et leur culture.

La série s’intitule « Parenting Without Borders ».