Darryl Strawberry

Strawberry a été repêché au premier rang de la draft 1980 de la Major League Baseball par les Mets de New York. Le frère aîné de Darryl, Michael Strawberry, a également été sélectionné lors de ce repêchage, allant aux Dodgers au 31e tour.

Début de carrièreEdit

Employant une position de frappe distinctive avec un coup de pied haut sur les jambes, Strawberry a gravi les échelons du système des Mets et a atteint le niveau de la ligue majeure en 1983, affichant 26 coups de circuit, 7 triples et 74 courses frappées, tout en frappant pour une moyenne de .257. Il a été nommé recrue de l’année de la Ligue nationale. En 1984, il se rend au All-Star game pour la première de 8 participations consécutives (les 5 premières en tant que starter), et il frappe à nouveau 26 home runs, conduisant cette fois à 97 courses.

Premières annéesEdit

Les Mets de Strawberry de 1984 à 1990 forment l’une des meilleures équipes de la National League, terminant chaque année en première ou deuxième position de la division.

Pendant la période de 1983 à 1990, Strawberry était très populaire, son image étant utilisée sur des figurines (Starting Lineup de Kenner), des affiches et des bannières. Il était également connu pour son comportement perturbateur. Le jour de la photo d’équipe, il a eu une altercation physique avec le capitaine de l’équipe, Keith Hernandez, et au milieu d’une guerre des mots avec le joueur de champ Wally Backman, il a menacé de « casser la gueule à ce petit redneck ». Souvent, il ne se réveille pas et est en retard ou manque les séances d’entraînement de l’équipe. Il s’est publiquement plaint du gérant Davey Johnson après qu’il ait été retiré du jeu lors d’un double échange pendant la 9e manche du 6e match de la Série mondiale de 1986, que les Mets allaient remporter. Au cours de la saison régulière de 1986, Strawberry a frappé 27 homers et a réalisé 93 RBI.

Strawberry en 1986

En 1987, Strawberry a frappé 39 home runs et volé 36 bases, rejoignant le club exclusif des 30-30 à l’époque devenant l’un des 10 joueurs de l’histoire du baseball à accomplir cet exploit. En plus de cela, il a frappé 32 doubles et a conduit 104 courses. Malgré cela, l’équipe de 1987 a manqué les séries éliminatoires.

En 1988, Strawberry a de nouveau frappé 39 home runs pour mener la Ligue nationale. Il a également conduit dans 101 courses et a mené la ligue dans le pourcentage de slugging à .545 et OPS à .911. Il a terminé deuxième dans le vote pour le titre de meilleur joueur, derrière Kirk Gibson des Dodgers. Strawberry a mené les Mets aux séries éliminatoires, perdant contre les Dodgers en sept parties dans la série de championnat de la Ligue nationale.

En 1989, les chiffres offensifs de Strawberry ont diminué : Il réalise 29 home runs et 77 courses frappées, mais n’affiche qu’une moyenne de 0,225. Néanmoins, les Mets sont arrivés en deuxième position derrière les Chicago Cubs dans la National League East.

En 1990, Strawberry a rebondi en frappant 37 home runs, tout en conduisant 108 courses et en battant pour une moyenne de .277. Ses Mets, cependant, sont arrivés une fois de plus à une proche deuxième place dans l’est de la NL, perdant contre les Pirates de Pittsburgh par trois matchs. Strawberry lui-même a terminé troisième dans le vote du MVP cette saison-là.

Strawberry a signé en tant qu’agent libre avec les Dodgers de Los Angeles le 8 novembre 1990, signant un contrat lucratif de cinq ans de 22,25 millions de dollars. En Californie, il est nommé grand frère de l’année 1991. Après avoir frappé 28 home runs et apporté 99 courses frappées lors d’une première année réussie pour les Dodgers, des blessures et des problèmes personnels l’ont tenu à l’écart pendant une grande partie des deux saisons suivantes, avec cinq home runs par saison.

À la fin de la saison 1991, il avait 280 homers à vie à l’âge de seulement 29 ans, attirant des comparaisons avec le roi du home run Hank Aaron.

Les dernières annéesModification

Les chiffres de Strawberry ont considérablement diminué après 1991 ; au cours des deux années suivantes, il n’a joué que dans 75 matchs. En 1994, il a été libéré en mai par les Dodgers et a signé avec les Giants de San Francisco, où il a vu un temps de jeu limité alors qu’il essayait de faire un retour, frappant seulement quatre home runs et conduisant dans 17 courses cette année-là.

Après une suspension de la ligue au début de 1995 après avoir été testé positif à la cocaïne, Strawberry a signé avec les Yankees de New York pour le stretch run. L’année suivante, Darryl a signé avec les Saint Paul Saints de la Northern League le 3 mai 1996, dans le but de se réhabiliter. Le 2 juin, les Saints affrontent les Dukes de Duluth-Superior au Wade Stadium, où Strawberry frappe son premier coup de circuit pour les Saints, à une distance de 522′ sur le lanceur Pat Ahearne. Peu après, il se retrouve avec les Yankees, qui le signent le 4 juillet 1996.

Avec les Yankees, il montre des éclairs de son ancien brio, claquant 11 home runs dans un rôle à temps partiel et aidant son équipe à remporter la Série mondiale en 1996 aux côtés de ses anciens coéquipiers des Mets, Dwight Gooden et David Cone. Son deuxième match de trois coups de circuit en carrière a eu lieu contre les White Sox de Chicago le 6 août de cette même saison.

Il a connu une grosse série contre les Orioles de Baltimore lors de la ALCS 1996, car il a fait exploser trois coups de circuit avec cinq RBI et une moyenne de .417 en quatre matchs. En 1997, il n’a réalisé aucun home run, son temps de jeu étant limité par des blessures. Il ne participe qu’à 11 matchs cette année-là, ne récoltant que deux courses frappées.

Mais en 1998, il réalise 24 home runs, aidant une fois de plus les Yankees à remporter la Série mondiale et jouant 100 matchs pour la première fois depuis 1991. C’est aussi l’année où on lui diagnostique un cancer du côlon. En 1999, il fait son retour après son traitement contre le cancer, mais son temps de jeu est limité, avec 3 home runs. Il a cependant réussi un home run crucial de 3 points contre les Texas Rangers dans la série de division de la Ligue américaine de 1999, aidant les Yankees à se qualifier pour l’ALCS.

Réalisations en carrièreModifié

Strawberry a été le voltigeur droit titulaire cinq fois de suite et a participé à neuf matchs All-Star. Il a battu .333 avec deux bases volées et deux courses en 12 jeux de l’étoile en carrière. Il a réalisé deux parties de trois home run dans sa carrière, toutes deux contre des équipes de Chicago, à 11 ans d’intervalle, jour pour jour. Le premier est survenu contre les Cubs le 5 août 1985, et le second le 6 août 1996, contre les White Sox.

Il est l’un des cinq seuls joueurs de la Ligue majeure de baseball à avoir frappé deux grands chelems en pincée dans la même saison. Les autres sont Davey Johnson des Phillies de Philadelphie, Mike Ivie des Giants de San Francisco, Ben Broussard des Indians de Cleveland et Brooks Conrad des Braves d’Atlanta.

Il est l’un des trois seuls joueurs de l’histoire de la MLB, avec Ricky Ledée et José Vizcaíno, à avoir joué pour les quatre anciennes et actuelles équipes de la MLB basées à New York – les Mets, les Yankees, les Dodgers et les Giants.