Coulée de vaccins : Faut-il vraiment s’inquiéter ?

Question : Mon enfant vient de recevoir le vaccin ROR et présente une petite éruption cutanée. Dois-je m’inquiéter qu’il transmette la rougeole à ses amis ?

Réponse courte : Non.

Réponse longue : On dirait que vous vous inquiétez de « l’excrétion du vaccin ».

Discutons d’abord de ce qu’est « l’excrétion virale ». Lorsqu’une personne est atteinte d’un virus, elle devient contagieuse et peut transmettre le virus à quelqu’un d’autre. La propagation se produit lorsque les particules virales sont expulsées du corps de la personne malade par une toux ou un éternuement, ou transférées par contact direct à une autre personne. L' »excrétion » correspond aux particules virales qui quittent le corps de la personne malade. Vous pouvez probablement imaginer ce qui se passe, comme l’excrétion de cellules de peau morte. Des virus partout !

Lorsque les gens utilisent l’expression « excrétion du vaccin », ils font référence au virus contenu dans le vaccin qui est excrété par le corps d’une personne récemment vaccinée. Avant d’aborder l’excrétion vaccinale, je tiens à souligner que c’est super rare. Beaucoup de parents s’inquiètent de voir leurs enfants attraper des virus d’enfants vaccinés, alors qu’ils devraient en réalité s’inquiéter d’attraper le virus d’enfants non vaccinés.

La recherche sur l’excrétion vaccinale nous apprend que seuls les vaccins vivants posent un problème d’excrétion. Et la plupart des vaccins ne sont pas vivants et n’excrètent pas. Les vaccins qui ne sont PAS vivants comprennent : DTaP, Tdap, vaccin contre la grippe, Hib, hépatite A , hépatite B, PCV, IPV, HPV et le vaccin contre le méningocoque.

Alors, qu’en est-il des vaccins vivants ?

Le RMM est un vaccin vivant et, d’après les recherches, les virus atténués de la rougeole et des oreillons ne provoquent pas d’excrétion. Le virus de la rubéole s’est avéré être rarement excrété dans le lait maternel.

Le virus du vaccin contre la varicelle n’est pas excrété à moins que la personne ne développe l’éruption de la varicelle (vésiculaire) après avoir été vaccinée. Selon immunize.org, il n’y a qu’environ 5 cas, sur environ 55 millions de doses de vaccin administrées, de personnes tombant malades à cause de l’excrétion du vaccin.(5)

On a constaté que le virus du vaccin contre le rotavirus était excrété dans les selles. Par conséquent, si une personne qui s’occupe d’un enfant qui a récemment reçu le vaccin contre le rotavirus a un système immunitaire très affaibli, elle devrait éviter de changer les couches pendant une semaine environ après que l’enfant a été vacciné.

L’excrétion du vaccin contre la grippe par voie vivante (brouillard nasal) est possible, mais très rare. Cependant, l’excrétion se produit en quantité beaucoup plus faible que si une personne était simplement malade avec le virus réel. Et seules les personnes gravement immunodéprimées doivent s’inquiéter de côtoyer quelqu’un qui a récemment reçu un vaccin contre la grippe.

La véritable excrétion des vaccins ne se produit vraiment qu’avec le vaccin oral contre la polio et le vaccin contre la variole, deux vaccins qui ne sont plus vraiment utilisés (actuellement, les enfants reçoivent l’injection du vaccin inactivé contre la polio). Ces virus peuvent être excrétés, mais les personnes exposées au virus excrété ne tombent généralement pas malades car le virus est sous une forme atténuée (affaiblie). Les personnes potentiellement plus à risque de tomber malades avec ces virus seraient celles dont le système immunitaire est déjà affaibli.

Donc, seules les personnes dont le système immunitaire est très gravement affaibli doivent s’inquiéter de l’excrétion du vaccin. Il s’agirait d’une personne, par exemple, qui subit une greffe de cellules souches. Les personnes présentant un déficit immunologique modéré n’ont pas à s’inquiéter beaucoup, et celles qui vivent avec une personne présentant un déficit immunologique peuvent et doivent recevoir tous leurs vaccins. Selon le comité médical consultatif de la Fondation pour les déficits immunitaires, ces vaccins présentent peu de risques pour les personnes immunodéprimées. Il pourrait être encore plus important de protéger les personnes dont le système immunitaire est affaibli contre les infections virales naturelles en se faisant vacciner.

Les gens excrètent les vrais virus s’ils ne sont pas vaccinés et tombent malades naturellement. Les vaccins ne jouent qu’un rôle minime, voire nul, dans la propagation de l’infection par excrétion virale.

Ressources:

  1. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). www.cdc.gov
  2. Iannelli, V. « Vaccins vivants et excrétion virale. » Notions de base sur les vaccins. 21 février 2015.
  3. Comité consultatif médical de la Fondation pour l’immunodéficience. « Recommandations pour les vaccins viraux et bactériens vivants chez les patients immunodéficients et leurs contacts proches ». Le journal de l’allergie et de l’immunologie clinique. Avril 2014. Vol. 133. Iss. 4. pp. 961-966 .
  4. 4. Lievano, F.A. « Absence de preuve de l’élimination du virus de la rougeole chez les personnes présentant une infection par le virus de la rougeole inapparente ». The Journal of Infectious Diseases. 2004. Vol. 189 (1). pp. 165-70.
  5. immunize.org : http://www.immunize.org/catg.d/p4202.pdf