Bulletin

Du clignement des yeux au haussement d’épaules en passant par la toux nerveuse, tous les tout-petits sont sujets à des tics, notamment au cours de leurs phases de développement. Bien qu’il n’y ait aucune raison de s’en vouloir si un tel comportement se manifeste, cela peut signifier que votre enfant est en proie au stress ou à l’inconfort. Ce mois-ci, nous allons parler des différentes formes de tics qui peuvent apparaître dans la petite enfance et de ce que les parents peuvent faire pour aider.

Tracer le tic

Il existe deux types de tics, vocaux – une brève éruption sonore, et moteurs – un bref mouvement physique. Les tics simples comprennent des clignements d’yeux, des secousses de la tête, des secousses du nez ou d’autres petits mouvements ou sons. Les tics moteurs complexes consistent en une série de mouvements et/ou de sons qui se produisent dans le même ordre à chaque fois. Avec les tics simples et complexes, l’action est généralement récurrente.

Les tics, aussi inconfortables soient-ils pour l’enfant qui les subit, peuvent être supprimés. Il s’agit d’une distinction importante à faire lorsque vous tentez de diagnostiquer si ce que vous observez est un tic ou une contraction musculaire. Les contractions musculaires, ou secousses myocloniques, ne peuvent absolument pas être contrôlées.

Causes

Les tics simples et complexes touchent 25 % des enfants et on sait qu’ils se développent dès l’âge de trois ans. On ne sait pas précisément ce qui provoque un tic, mais certaines études ont trouvé une association avec des jeunes intelligents et performants, ainsi qu’avec des enfants qui dorment trop peu. Si la gravité et la fréquence d’un tic augmentent, vous devez demander une évaluation plus approfondie.

Traitement

Cela ne veut pas dire que vous devez accorder toute votre attention au nouveau comportement de votre enfant. En fait, vous devriez faire exactement le contraire. La plupart des tics se résolvent d’eux-mêmes en quelques mois sans intervention. Le fait de le souligner ou de dire à votre enfant d’arrêter un tel comportement peut en fait augmenter son niveau de stress.

Ce que vous pouvez faire, c’est jeter un coup d’œil à l’environnement de votre enfant et supprimer certains facteurs qui pourraient accentuer la pression. S’ils font partie d’une équipe sportive compétitive, il serait peut-être temps pour eux de faire une pause pendant un moment, ou de retirer votre champion du concours d’orthographe de la compétition de cette année. Ils ne vous parleront peut-être pas pendant quelques jours, mais au moins ils prendront un repos bien nécessaire.

Si le tic de votre enfant persiste pendant plus de quelques mois, il est peut-être temps de prendre rendez-vous. Bien que ce soit très rare, certains tics peuvent être classés dans la catégorie du syndrome de Gilles de la Tourette ou du trouble tic chronique.

Alors, comme toujours, lorsqu’il s’agit de tics, restez calme. Et peut-être, si vous en avez envie, utilisez l’émergence de l’un d’entre eux comme une excuse pour prendre des vacances relaxantes avec votre petit.

.