Bon Scott

1946-1964 : Premières annéesEdit

Scott est né le 9 juillet 1946 à la maternité Fyfe Jamieson de Forfar, en Écosse, fils de Charles Belford  » Chick  » Scott (1917-1999) et d’Isabelle Cunningham  » Isa  » Mitchell (1917-2011). Il a grandi à Kirriemuir et était le deuxième enfant de ses parents ; le premier était un garçon, Sandy, qui est mort peu après sa naissance. Un troisième enfant, Derek, est né en 1949. La famille Scott quitte l’Écosse pour s’installer en Australie en 1952. Ils ont d’abord vécu dans la banlieue de Melbourne, à Sunshine, dans l’État de Victoria, et Scott a fréquenté l’école primaire Sunshine, située à proximité. Il acquiert le surnom de « Bon » peu après avoir commencé l’école ; comme il y avait un autre Ronald dans la classe, ses camarades de classe jouent sur l’expression « Bonnie Scotland ». Un quatrième enfant, Graeme, est né en 1953.

En 1956, la famille a déménagé à Fremantle. Scott a rejoint le Fremantle Scots Pipe Band associé, apprenant la batterie. Il a fréquenté l’école primaire de North Fremantle, puis le John Curtin College of the Arts jusqu’à ce qu’il abandonne à l’âge de 15 ans. Il a ensuite travaillé comme ouvrier agricole et comme pêcheur d’écrevisses, puis comme mécanicien stagiaire de machines à peser. En 1963, il a passé un court moment au centre d’évaluation de la prison de Fremantle et neuf mois à l’institution pour mineurs de Riverbank, pour avoir donné un faux nom et une fausse adresse à la police, s’être échappé d’une détention légale, avoir eu des rapports sexuels illégaux et avoir volé 12 gallons d’essence. Il a tenté de rejoindre l’armée australienne, mais a été rejeté et jugé « socialement inadapté ».

1964-1970 : The Spektors et The ValentinesEdit

La voix de Scott était inspirée par son idole, Little Richard. Après avoir travaillé comme facteur, barman et emballeur de camions, Scott a créé son premier groupe, The Spektors, en 1964 en tant que batteur et chanteur occasionnel. En 1966, il fusionne avec un autre groupe local, les Winstons, et forme The Valentines, dans lequel Scott est co-chanteur principal avec Vince Lovegrove. The Valentines ont enregistré plusieurs chansons écrites par George Young de The Easybeats. « Every Day I Have to Cry » (une chanson écrite et chantée à l’origine par Arthur Alexander) entre dans le classement des disques locaux. En 1970, après avoir gagné une place dans le Top 30 national avec leur single « Juliette », les Valentines se sont dissoutes en raison de différences artistiques après un scandale de drogue très médiatisé.

1970-1973 : FraternityEdit

Scott déménage à Adélaïde en 1970 et rejoint le groupe de rock progressif Fraternity. Fraternity sort les LP Livestock et Flaming Galah avant de faire une tournée au Royaume-Uni en 1973, où ils changent leur nom en Fang. Pendant cette période, ils font la première partie de Status Quo et de Geordie, dont le chanteur Brian Johnson succèdera à Scott comme chanteur d’AC/DC après sa mort. Pendant cette période, le 24 janvier 1972, Scott se marie avec Irene Thornton.

En 1973, juste après être retourné en Australie après la tournée au Royaume-Uni, Fraternity fait une pause. Scott a pris un emploi de jour à l’usine d’engrais Wallaroo et a commencé à chanter avec les Mount Lofty Rangers, un collectif lâche de musiciens dirigé par Peter Head (né Beagley) de Headband, qui a expliqué :  » Headband et Fraternity étaient dans la même écurie de gestion et nous nous sommes séparés à peu près en même temps, donc la chose logique était de prendre des membres des deux groupes et d’en créer un nouveau… le but du groupe était pour les auteurs-compositeurs de se rapporter les uns aux autres et d’expérimenter des chansons, donc c’était un foyer de créativité « . D’autres anciens membres de la Fraternité ont également joué avec le groupe, tout comme Glenn Shorrock, pré Little River Band. Pendant cette période, Head a également aidé Scott avec ses compositions originales.

Vince Lovegrove a déclaré :  » Bon se rendait chez Peter après une journée de pelletage de merde (littéralement), et lui montrait des idées musicales qu’il avait eues pendant sa journée de travail. Les connaissances de Bon en matière de guitare étaient limitées, alors Peter a commencé à lui apprendre comment faire des ponts d’accords et construire une chanson. L’une des chansons issues de ces sessions est une ballade appelée « Clarissa », qui parle d’une fille d’Adélaïde. Une autre était la chanson aux accents country Bin Up in the Hills Too Long, qui pour moi était un signe des choses à venir avec les paroles de Bon ; simples, intelligentes, sardoniques, pince-sans-rire… »

En retour, Scott a enregistré des voix pour les chansons des Mount Lofty Rangers « Round & Round » et « Carey Gully ». Head a publié ces enregistrements originaux en 1996, faisant également équipe avec le producteur Ted Yanni, un autre vieil ami de Scott, pour créer un backing entièrement nouveau pour Round & Round & Round qui reflète plus précisément les intentions originales de Head. Longtemps épuisé, et massivement bootlegged, cet EP a finalement bénéficié d’une sortie numérique officielle en juin 2010. Des compositions originales non enregistrées de Scott, « Been Up In The Hills Too Long » et « Clarissa » ont été enregistrées par Head sur son album Peter Head & The Mount Lofty Rangers Lofty, également sorti en format numérique uniquement en 2011.

Vers 23 heures le 3 mai 1974, à l’hôtel Old Lion de North Adelaide, lors d’une répétition avec les Mount Lofty Rangers, un Scott très ivre, en détresse et belliqueux a eu une dispute furieuse avec un membre du groupe. Scott est sorti en trombe de la salle, a jeté une bouteille de Jack Daniel’s sur le sol, puis a filé sur sa moto Suzuki GT550. Scott a été gravement blessé dans l’accident de moto qui a suivi, et a passé trois jours dans le coma et 18 jours supplémentaires à l’hôpital. Vince Lovegrove et sa femme, qui dirigeaient alors une agence de booking/management, ont donné à Scott des petits boulots, comme poser des affiches et peindre le bureau pendant sa convalescence, et peu après l’ont présenté à AC/DC qui était à la recherche d’un nouveau chanteur.

« Il y avait un jeune groupe glam de Sydney, tout petit, que nous aimions tous les deux et qui s’appelait AC/DC…. Avant une autre visite d’AC/DC, George Young m’a téléphoné pour me dire que le groupe cherchait un nouveau chanteur. Je lui ai immédiatement dit que le meilleur gars pour le job était Bon. George a répondu en disant que l’accident de Bon ne lui permettrait pas de se produire, et qu’il était peut-être trop vieux. Néanmoins, j’ai eu une réunion avec Malcolm et Angus, et j’ai proposé Bon comme nouveau chanteur. Ils m’ont demandé de l’amener à l’hôtel Pooraka ce soir-là, et de venir dans les coulisses après le spectacle. Quand il a regardé le groupe, Bon a été impressionné, et il a immédiatement voulu les rejoindre, mais il pensait qu’ils étaient peut-être un peu trop inexpérimentés et trop jeunes. Après le spectacle, dans les coulisses, Bon exprime ses doutes quant à leur capacité à « faire du rock ». Les deux frères Young répondent à Bon qu’il est « trop vieux pour faire du rock ». Le résultat est qu’ils organisent une jam session cette nuit-là dans la maison de l’ancien mentor de Bon, Bruce Howe, et à la fin de la session, à l’aube, il est évident qu’AC/DC a trouvé un nouveau chanteur. Et Bon avait trouvé un nouveau groupe. »

Comme Scott, Malcolm Young et son jeune frère Angus Young d’AC/DC sont nés en Écosse avant d’émigrer en Australie dans leur enfance avec leur famille.

Fraternity s’est reformé plus tard et a remplacé Scott par Jimmy Barnes.

1974-1980 : AC/DCEdit

Article principal : AC/DC § L’ère Bon Scott (1974-1980)

La femme de Scott, Irene Thornton, a écrit plus tard :  » La première fois que Bon a vu AC/DC, c’était en août 1974. Ils sont passés par Adélaïde avec la tournée de Lou Reed et Stevie Wright, et ont joué leur propre spectacle à l’hôtel Pooraka…. La première fois que j’ai vu AC/DC, c’était à l’hôtel Pooraka en septembre. « Monte là-haut, Bon », répétait Vince. Le groupe n’avait pas de chanteur ce soir-là ; ils jouaient des versions instrumentales de vieux standards du rock ‘n’ roll. Les garçons ont joué tous ces classiques et finalement, sous la pression de Vince, Bon est monté sur scène. Je ne savais pas qu’AC/DC venait de licencier Dave Evans et qu’ils voulaient que Bon le remplace. Comme Bon, les Young étaient écossais, il y a donc eu un lien immédiat. »

Scott a remplacé Dave Evans comme chanteur d’AC/DC le 24 octobre 1974, lorsqu’il est devenu évident que le groupe et Evans prenaient des directions différentes, Evans ayant des heurts personnels avec les membres du groupe et la direction. La nomination de Scott coïncide avec le fait qu’il travaille comme chauffeur pour le groupe à l’époque, jusqu’à ce qu’une audition le promeuve au poste de chanteur principal.

Avec les frères Young comme guitaristes principal et rythmique, le batteur de session Tony Currenti (voir les formations d’AC/DC) et George Young comme bassiste temporaire, AC/DC sort High Voltage, leur premier LP en Australie en février 1975. Quelques mois plus tard, Currenti est remplacé par Phil Rudd et Mark Evans est engagé comme bassiste permanent. AC/DC commence alors à enregistrer son deuxième album T.N.T., qui sort en Australie en décembre 1975. Le premier album d’AC/DC à bénéficier d’une distribution internationale est cependant une compilation de titres des deux premiers albums, également intitulée High Voltage, qui sort en mai 1976. Un autre album studio, Dirty Deeds Done Dirt Cheap, est sorti en septembre de la même année, mais uniquement en Australie ; la version internationale de l’album est sortie en décembre avec une liste de titres différente. L’album ne sort aux États-Unis qu’en mars 1981.

Dans les années suivantes, AC/DC remporte un nouveau succès avec ses albums Let There Be Rock et Powerage. La sortie de Powerage en 1978 marque les débuts du bassiste Cliff Williams (qui avait remplacé Mark Evans), et avec ses riffs plus durs, suit le plan établi par Let There Be Rock. Un seul single est sorti de Powerage – « Rock ‘n’ Roll Damnation » – qui a donné à AC/DC sa plus haute position dans le hit-parade de l’époque, atteignant la 24ème place. Une apparition à l’Apollo Theatre de Glasgow pendant la tournée Powerage a été enregistrée et publiée sous le titre If You Want Blood You’ve Got It.

Le sixième album du groupe, Highway To Hell, a été produit par Robert « Mutt » Lange et est sorti en 1979. Il est devenu le premier LP d’AC/DC à entrer dans le top 100 américain, atteignant finalement la 17e place, et il a propulsé AC/DC dans les premiers rangs des groupes de hard rock.

Il s’agit du premier album du groupe.