5 histoires inspirantes, 1 message : Faites le test, vivez en bonne santé

Note de la rédaction : Pour la Journée nationale du dépistage du VIH, 5 personnes ont partagé avec nous des histoires inspirantes pour vivre en bonne santé – avec le VIH ou en gérant leur risque VIH. Chacun de leurs parcours a commencé par un test de dépistage du VIH. Nous espérons que ces histoires encourageront d’autres personnes à connaître leur statut et à prendre en main leur bien-être.

Justin Lofton - NHTD
Justin Lofton

Justin Lofton

Greater Than AIDS Ambassador
« Beaucoup de choses arrivent… mais avec cette pilule à prendre une fois par jour, je m’assure que la transmission du VIH n’est pas l’une d’entre elles ». En tant qu’homme noir, gay et âgé de 24 ans, vivant dans le sud, les chances de contracter le VIH sont contre moi. C’est pourquoi il est extrêmement important pour moi de faire des tests régulièrement et d’utiliser la PrEP. Depuis que j’ai commencé à prendre la PrEP, je me sens moins comme une statistique et plus comme quelqu’un qui a le contrôle de sa vie et, plus important encore, de sa santé sexuelle. Après tout, la PrEP est ma prévention, pas mon laissez-passer. Cette petite pilule bleue m’a rendu beaucoup plus confiant lorsque je parle à mon prestataire de soins et lorsque je suis intime avec mon partenaire. Elle m’a donné l’espoir que l’avenir de la prévention du VIH va dans la bonne direction. Le plus important, la PrEP m’a donné l’impression d’être un véritable défenseur de la lutte contre le VIH/sida »

Maria Meija NHTD
Maria Meija
Maria Meija

Défenseur du VIH
La Journée nationale du dépistage du VIH est le 27 juin – c’est une journée où nous sensibilisons au VIH et au sida ! Ce qui m’inspire à promouvoir le dépistage du VIH, c’est que j’ai été infectée à l’âge de 16 ans, en 1989, mais je ne le savais pas. J’ai fait un test de routine dans le cadre de Job Corps en 1991, à l’âge de 18 ans, et la détection précoce m’a très probablement sauvé la vie.
Il est très important que les gens de ma communauté – ainsi que les gens de tous les États-Unis et du monde entier – se fassent tester et connaissent leur statut. Premièrement, vous pouvez sauver votre vie en connaissant votre statut et en vous mettant sous traitement ! Le VIH n’est plus une condamnation à mort et nous pouvons vivre une vie longue et productive avec le VIH et vieillir. Deuxièmement, « le traitement comme prévention » signifie que, si vous connaissez votre statut, vous ne sauvez pas seulement votre vie, mais aussi celle d’autres êtres humains. Nous savons que si vous suivez un traitement contre le VIH et que vous devenez indétectable (ce qui signifie que le virus est dormant), il est presque impossible de transmettre le virus à une autre personne – même si je promeus l’utilisation systématique de préservatifs pour prévenir d’autres . J’encourage tout le monde à faire un test de dépistage du VIH chaque année et à être proactif en matière de santé. Nous devons également éduquer sur le sexe dans les écoles, car nos jeunes sont à risque. En 2014, près de 10 000 jeunes âgés de 13 à 24 ans ont contracté le VIH rien qu’aux États-Unis. Il faut que je puisse dire le mot « CONDOM » dans les écoles. Paix et Lumière

NHTD Chandi Moore juin 2016
Chandi Moore
Chandi Moore

Promoteur du VIH et ambassadeur de la campagne #DoingIt du CDC
« Bien que j’aie connu le succès et la célébrité en participant à l’émission de la chaîne E ! channel, « I am Cait », je n’ai pas perdu de vue les questions les plus importantes de ma vie, à savoir la défense et l’autonomisation de la communauté transgenre. Je mène peut-être une vie fabuleuse, mais comme beaucoup de mes sœurs et frères gays, bisexuels, lesbiens et transgenres, mon parcours n’a pas été des plus faciles. La communauté LGBT est toujours confrontée à la stigmatisation, à la discrimination et à un risque accru de problèmes de santé comme le VIH/sida, qui touche notre population de manière disproportionnée. Grâce à mon travail sur la nouvelle campagne de dépistage du VIH du CDC, Doing It, je peux travailler aux côtés d’autres leaders et défenseurs de la communauté pour normaliser le dépistage du VIH et montrer que tout le monde le fait. Je suis reconnaissante d’avoir la possibilité d’utiliser ma voix et ma plateforme pour atteindre les personnes LGBT au niveau national et illustrer l’importance du dépistage du VIH et de rester en bonne santé. Selon le CDC, 1 personne sur 8 ne sait pas qu’elle est séropositive et, actuellement, environ 1,2 million de personnes vivent avec le VIH aux États-Unis. Le dépistage est le seul moyen pour nous de connaître notre statut et de réduire la propagation du VIH. Le faire, c’est facile ! Les CDC recommandent à toute personne âgée de 13 à 64 ans de faire un test de dépistage du VIH au moins une fois. Le 27 juin, à l’occasion de la Journée nationale de dépistage du VIH/sida, j’invite tout le monde à prendre sa santé en main et à faire un test de dépistage du VIH ! »

Greg Revenj - NHTD
Greg Revenj
Greg Revenj

Promoteur du VIH
« Le VIH est encore une chose effrayante. Je pense que la première étape pour combattre cette épidémie est de commencer à en parler. Au printemps dernier, je suis parti sur la route pour ce que j’ai appelé le « Life After Diagnosis Tour : Part 1″, en faisant la tournée de 4 villes et en partageant mon histoire. J’ai raconté ce que j’ai ressenti lorsqu’on m’a diagnostiqué le VIH, et comment j’ai transformé ce diagnostic en un outil de changement. Je montre aux gens que cette maladie ne vous tuera pas et que vous pouvez vivre une vie longue, normale et saine. Sur la route, j’ai réalisé que moi, et tous les défenseurs de ce combat, avons du pain sur la planche : une éducation sanitaire dépassée, la stigmatisation de la maladie et l’éducation sexuelle basée sur l’abstinence sont autant de facteurs qui jouent contre nous. Pour la Journée nationale du dépistage du VIH, faites-vous dépister, absolument ! Mais après cela, entamez une conversation, combattez la stigmatisation autour de la maladie, et mettons fin à cette épidémie ! »

Martha Sichone Cameron
Martha Sichone-Cameron
Martha Sichone-Cameron

Directrice de la prévention, The Women’s Collective, et ambassadrice, Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Foundation
« Je suis séropositive et aimée. J’ai vu la dévastation et je connais le coût du VIH, ayant perdu de nombreux membres de ma famille suite à des complications liées au SIDA. J’ai été diagnostiquée en 2003 et j’ai senti mon monde s’écrouler. J’ai trouvé la force dans la foi, la famille et les amis ; j’ai pris soin de moi et suis restée en bonne santé ; puis j’ai rencontré Andy et j’ai trouvé un amour inconditionnel.
Nous sommes mariés depuis presque dix ans et nous sommes les fiers parents de trois enfants. Andy et tous les enfants sont exempts du VIH. Maintenant, je donne en retour en éduquant les femmes, en particulier les femmes de couleur, sur la stigmatisation, l’accès aux soins et la prévention du VIH.En tant que femme noire séropositive, je connais la stigmatisation, les défis et les angoisses associés au fait d’être positif et de trouver l’amour. Je veux que les femmes sachent qu’il est possible de trouver l’amour et de fonder une famille. Nous avons l’ART (thérapie anti-rétrovirale), nous avons la PMCT (prévention de la transmission mère-enfant) et maintenant nous avons la PrEP (prophylaxie pré-exposition)… nous avons les outils pour avoir une vie normale, saine, avec de l’amour ! »

Plus d’histoires personnelles:

Dr. Richard Wolitski, directeur par intérim du Bureau de la politique sur le VIH/sida et les maladies infectieuses, HHS, a appris son diagnostic il y a vingt-deux ans et vit en bonne santé.
Deondre Moore, blogueur HIV.gov Black Voices, a été diagnostiqué il y a deux ans et utilise sa voix pour éduquer les autres à se faire dépister et à vivre en bonne santé.