10 Personnages bibliques obscurs (mais intéressants) et leurs histoires

Jeudi 22 mars 2018

Avec plus de 66 livres d’Écriture, 39 dans l’Ancien Testament et 27 dans le Nouveau Testament, couvrant des milliers d’années d’histoire, la Bible fait mention de centaines de personnes soit en détail (héros bibliques Abraham, David, Paul, Jésus) et donne à d’autres une simple mention en passant.

Nous vous encourageons à lire les passages associés de la Bible pour creuser plus profondément dans la vie et les situations de ces personnages bibliques moins connus, car nous ne pouvons pas couvrir tout ce que Dieu veut nous apprendre sur leurs histoires par le biais d’un simple article de blog !

Voici une liste de 10 personnages bibliques obscurs qu’il est facile de manquer :

Naaman

2 Rois 5 raconte l’histoire d’un commandant syrien prospère qui avait la maladie de la lèpre. L’histoire raconte que sur la suggestion de la servante de la femme de Naaman, ce dernier est allé voir le prophète Elisée pour être guéri de sa lèpre. C’est une histoire étonnante de guérison et de retour au Seigneur – et qui comporte aussi quelques rebondissements et ironies à la fin !

Jabez

Jabez n’est mentionné que dans quelques versets des Écritures et est connu pour sa célèbre  » prière de Jabez  » mentionnée dans 1 Chroniques 4:10 :

Jabez invoqua le Dieu d’Israël, en disant : ‘Oh, si tu me bénissais et si tu élargissais mon territoire, si ta main était avec moi, et si tu me préservais du mal pour qu’il ne me fasse pas souffrir !’ Et Dieu a exaucé ce qu’il demandait.

C’est une prière simple priée avec foi et qui sert d’exemple puissant de prière exaucée et de réception de la bénédiction du Seigneur.

Josias

Josias, l’un des plus grands rois à avoir jamais régné sur Israël, a commencé son règne alors qu’il n’avait que huit ans. 2 Rois 22:2 dit « il fit ce qui était juste aux yeux du Seigneur. »

Plus loin dans 2 Rois 22, on raconte que le grand prêtre a trouvé le livre de la loi qui avait été négligé et caché pendant des années. Cela a poussé Josias à déchirer ses vêtements et à implorer le Seigneur de ne pas punir Israël pour sa désobéissance à la Parole de Dieu. Josias a lu le Livre de la Loi publiquement et a fait une alliance avec le Seigneur avec son peuple (2 Rois 23:3) pour obéir au Seigneur de tout son cœur et de toute son âme.

C’est vraiment une merveilleuse histoire de repentance, de leadership spirituel et de la miséricorde de Dieu !

Mardochée

L’histoire de Mardochée se déroule tout au long du livre d’Esther. Mardochée est le cousin et le tuteur d’Esther, une étrangère qui devient reine de Perse. Mardochée utilise sa position à la cour du roi pour défendre le peuple opprimé de Dieu et déjouer un complot visant à assassiner le roi.

Cette histoire joue un rôle central dans l’Évangile car si le peuple juif avait été détruit (comme Haman le souhaitait), l’histoire de l’œuvre salvatrice de Dieu à travers le peuple juif (et finalement le Christ) aurait pris fin.

C’est incroyable tout ce que Dieu peut faire à travers des personnes qui lui obéissent !

Le voleur sur la croix

Nous ne savons pas grand-chose de plus sur le voleur sur la croix, sinon qu’il l’était :

  • Un criminel
  • Crucifié à côté de Jésus
  • Apporté au paradis à sa mort

Sa puissante histoire est racontée dans Luc 23:32-43, qui décrit la conversation entre le Christ et les deux criminels crucifiés à côté de lui.

Le premier criminel mentionné se moque du Christ : « Sauve-toi toi-même et nous ! » (23:29). L’autre criminel, dont nous écrivons, a défendu Jésus de manière humble, reconnaissant la justice de Dieu et l’innocence du Christ. Sa réponse au moqueur fut la suivante :

Ne crains-tu pas Dieu, puisque tu es sous la même sentence de condamnation ? Et nous, en effet, nous sommes justes, car nous recevons la juste récompense de nos actes ; mais cet homme n’a rien fait de mal. (vv. 40-41)

Puis il supplie Jésus de  » se souvenir de moi quand tu viendras dans ton royaume.  » Ce cri de miséricorde désespéré et humble est tout ce dont Dieu avait besoin pour l’accueillir dans la famille de Dieu.

Jésus répondit :  » En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis.  » (v. 43)

Quelle histoire incroyable ! Un homme qui a vraisemblablement mené toute sa vie en opposition à Dieu, par les grandes miséricordes de Dieu, a pu être sauvé dans ses derniers instants. Cela démontre qu’un cœur humble qui crie à Dieu son salut sera entendu !

Toute personne qui invoque le nom du Seigneur sera sauvée. (Romains 10:13)

Ehud

L’histoire d’Ehud sort tout droit de Juges 3, mais s’intégrerait bien à l’intrigue d’un film de James Bond.

Israël était sous la domination oppressive d’Eglon, le roi de Moab, et criait au Seigneur pour être délivré. Les Moabites étaient des adorateurs d’idoles qui faisaient du mal aux yeux du Seigneur. Dieu a envoyé Ehud et son épée longue d’une coudée (environ un pied et demi) pour assassiner le roi et libérer le peuple de Dieu de sa domination.

Ehud devait être un beau parleur, car lorsqu’il a dit aux serviteurs du roi qu’il avait un « message secret » pour lui (Juges 3:19), ils ont laissé Ehud tout seul avec le roi. Le « message secret » d’Ehud était l’épée qu’il avait apportée – et la « livraison spéciale » était un coup de couteau dans le ventre du roi grossièrement obèse qui l’a tué !

Ehud a ensuite tranquillement verrouillé les portes du toit pour empêcher les gardes d’entrer et a pris une fuite rapide.

Lorsqu’Ehud est retourné auprès du peuple d’Israël, il a dirigé Israël dans la conquête de leurs ennemis les Moabites.

Korah

Contrairement à tous les personnages bibliques obscurs précédents, l’héritage de Korah n’est pas positif. Nombres 16 décrit son histoire.

Pour faire court, Koré lève une foule d’Israélites pour s’opposer au leadership de Moïse et remettre en question l’idée que lui (Moïse) était le seul porte-parole de Dieu. Dieu n’a pas apprécié Korah et les rebelles et a fait en sorte que la terre les engloutisse (Nombres 16:32). S’opposer à l’oint de Dieu est une insulte à Dieu.

Aussi mauvaise que cette situation puisse paraître, c’est une histoire pleine d’espoir car nous connaissons la fin. Dieu, dans sa grande miséricorde, a utilisé des descendants de Koré pour écrire certains des Psaumes.

Jéthro

Jéthro était le beau-père de Moïse. Dans Exode 18, Moïse était accablé par sa tâche de diriger Israël. Il semblait que tous ceux qui avaient un problème venaient voir Moïse pour faire de la médiation !

Exode 18:13-27 décrit la sage suggestion de Jéthro à Moïse de diviser son travail en dizaines, cinquantaines, centaines et milliers pour réduire son fardeau de leadership et déléguer la responsabilité au peuple d’Israël.

Jéthro a déclaré que si Moïse suivait sa suggestion, « Dieu te dirigera, tu pourras endurer, et tout ce peuple aussi ira à sa place en paix » (Exode 18:23). Comme un bon gendre, Moïse a obéi ! Cela a permis à Moïse de ne pas être retenu par des questions insignifiantes mais plutôt d’avoir un meilleur système où elles s’arrangent d’elles-mêmes.

C’est une structure de leadership suivie par la plupart des entreprises et des gouvernements !

Elishama

Ce qui rend Elishama intéressant n’est pas en fait parce qu’il est intéressant. En fait, nous ne savons pas grand-chose d’Elishama, qui était un scribe/secrétaire mentionné par son nom brièvement dans l’Écriture (Jérémie 36:12).

Ce qui rend ce personnage obscur de la Bible intéressant, c’est la preuve extra-biblique que nous avons pour lui – et à son tour, la fiabilité historique de l’Écriture.

En 1986, à l’extérieur de Jérusalem, on a trouvé un sceau d’argile qui dit « Elishama, serviteur du roi », ce qui prouve qu’il était bien un scribe dans le cadre temporel et la situation exacts que l’Écriture décrit. C’est une véritable preuve que toute l’Écriture est inspirée par Dieu, même jusqu’au plus petit détail et à la personne apparemment insignifiante !

Balaam

Balaam le Prophète est surtout connu sous le nom de « l’homme à l’âne » pour avoir fait parler son âne (voir Nombres 22). Il fut envoyé par Balak, roi de Moab, pour prononcer des malédictions sur Israël. Dieu avait d’autres idées. Il a dit à Balaam de prononcer des bénédictions sur Israël et de ne pas retourner chez Balak.

En plus d’être connu comme « le type à l’âne », Balaam est connu pour « l’erreur de Balaam ». Au cas où vous ne le sauriez pas, chaque fois que vos actions font de votre nom une nouvelle expression décrivant une action stupide, c’est mauvais signe !

Balaam a désobéi au Seigneur en retournant chez le roi Balak, le roi qui voulait maudire le peuple de Dieu. Balaam, monté sur son âne, est confronté à un ange du Seigneur.

L’ironie dans cette histoire est que l’âne peut voir l’ange du Seigneur mais Balaam en est incapable, on pourrait dire que Balaam est spirituellement aveugle donc il ne peut pas voir l’ange. C’est ironique car Balaam est un prophète, et les prophètes devaient recevoir une communication directe avec Dieu !

L’âne est naturellement effrayé de voir l’ange du Seigneur sur la route et s’arrête plusieurs fois par peur. Pensant que son âne est devenu fou, Balaam commence à le battre jusqu’à ce que l’âne demande : « Pourquoi m’as-tu battu ces trois fois ? » et c’est alors que les yeux de Balaam s’ouvrent sur l’ange du Seigneur et sur son péché.

L’ange du Seigneur est un prophète.